C'est quoi ce site ?

Ce site est destiné en premier lieu aux étudiants en médecine : Premières années, externes, et même internes ayant un doute sur leur voie.

La spécialité de santé publique est en effet mal connue et peu enseignée.

L'objectif de cette page éditée par le clisp.fr est de vous faire découvrir cette spécialité.

Le CliSP tu dis ?  c'est le Collège de Liaison des Internes de Santé Publique

Mais qu'est-ce que c'est un medecin de sante publique ?

en 3 minutes

Ce qu'il fait :

En Bref

Le médecin de santé publique ne s'occupe pas d'un malade l'un après l'autre comme un médecin habituel mais d'une population. 

Il a comme rôle entre autres d'éviter à des milliers de futurs patients de devenir patients.

La santé publique est une spécialité transversale à la frontière de nombreuses disciplines : sociologie, statistiques, économie, informatique, épidémiologie, évaluation, recherche clinique, droit, éducation...

On passe ainsi de la gestion de patients (en consultation ou dans une salle d'hospitalisation), à la gestion de projets.

En moins bref

Le Médecin de Santé Publique réalise ou supervise des actions afin de promouvoir la santé, améliorer la prévention et le diagnostic des maladies et assurer une prise en charge globale des problématiques de santé des patients et de leurs aidants, des communautés ou de la population.

 Cette promotion de la santé est multiforme

Amélioration des connaissances médicales et des pratiques

Amélioration de la pharmacopée et des dispositifs médicaux

Amélioration de l'accès aux soins et de la gestion des ressources

Epidémiologie : 
Laboratoire de recherche INSERM
Etudes sur les déterminants génétiques à l'action des médicaments
Etude sur les facteurs de risques de mort subite cardiovasculaire.

Gestion administrative de la santé des populations : 
Mise en place de nouvelles politiques vaccinales au ministère de la Santé
Supervision d'un réseau de cancérologie régional.

Recherche appliquée de terrain :  
ONG internationale
Etude de terrain pour évaluer la propagation d'une épidémie de rougeole afin de décider des mesures à appliquer
Institut de recherche, étude de terrain qualitative sur les facteurs de recours au soin des patients.

Mise sur le marché de nouveaux médicaments :  
Laboratoire pharmaceutique, chargé de la mise au point d'une nouvelle molécule et de sa mise sur le marché
Agence de santé, chargé de vérifier la conformité des nouvelles molécules et de leur service médical rendu.

Audit et amélioration des pratiques : 
Agence d'état, évaluation des pratiques d'un établissement et mise en oeuvre de mesures d'amélioration
Cabinet de consultants, mise en oeuvre d'une politique régionale de santé pour les collectivités locales.

Gestion de l'information médicale :  
Service d'information médicale, amélioration et analyse de la production de l'information médicale d'un hôpital
Agence d'état, amélioration de la valorisation des actes médicaux.

Ceci n'est qu'un aperçu de la multitude d'exercice des médecins spécialistes de santé publique. Ce sont des médecins, avec une formation transversale en santé publique et avec une spécialisation dans au moins un des domaines (épidémiologie, sciences sociales, économie de la santé, politiques de santé...). Ces caractéristiques et le faible nombre de médecins spécialistes de santé publique font qu'ils occupent des postes à responsabilité dans tous les types de structures : administration, hôpital, laboratoires pharmaceutiques, cabinets de consultants, ONG, organismes internationaux...


Les domaines d'application de la santé publique et les compétences des médecins spécialistes de santé publique sont de plus en plus recherchés. L'exemple est donné par les pays anglophones pour lesquels la santé publique est la spécialité la plus difficile à obtenir.



comment il y arrive:

le parcours


Après la première année commune à tous les étudiants en médecine, puis les 5 années dont l'externat et le concours national classant, commence le DES de Santé Publique.

8 stages de 6 mois et une thèse puis le diplôme.

La formation de l'interne, dont les connaissances en SP sont proches de zéro au début de l'internat, se fait par un master1, son travail personnel, l'expérience acquise en stage et de ses supérieurs qu'il questionne sans relâche.

L'interne est responsable de sa formation. Le contenu des connaissances qu'il doit obtenir se retrouve dans un référentiel de formation élaboré avec l'aide du CliSP.

Le Master 1

Passage obligé pour les internes de santé publique, le master 1 de Santé Publique permet :

- D’acquérir les connaissances de base en santé publique, en validant en grande partie les modules du DES 

- De valider une année de master 1 et donc d’accéder à un master 2 afin de se spécialiser dans une des multiples voies qu’offre le domaine de la santé publique.

Des masters 1 de santé publique sont accessibles dans plusieurs villes, les enseignements y étant différents en fonction des villes. Dans le cas où aucun master 1 n’est proposé, le master 1 du Kremlin-Bicêtre, faculté de Paris 11, est accessible par correspondance.

Il est conseillé de faire le master 1 en première année, surtout quand aucun cours n’est dispensé par la faculté où l’on est inscrit pour le DES. Le master 1 est au choix de l’interne.

Liste des M1 sur le site du CliSP


Le Master 2

La réalisation d’un master 2 fait partie quasi-intégrante du cursus d’un interne en santé publique. Son but est principalement de permettre une spécialisation dans un des domaines qu'offre la santé publique.

Il est parfois difficile pour les internes d’identifier l’ensemble des masters 2 abordant une thématique ou disponibles dans une ville. En effet, l’offre de master 2 est large et répartie sur l’ensemble des villes d’internat. Pour répondre à cette problématique, nous avons donc tenté de faire un recensement le plus exhaustif possible de cette offre.

Nous avons intégré aussi bien des masters de santé publique que des masters à vocation de santé publique (Recherche ou Professionnels). Les masters codirigés par plusieurs villes se retrouvent dans chacune d'elles. Certains masters disposant de plusieurs parcours, nous les avons séparés pour plus de lisibilité.

Vous pouvez naviguer dans ce module du site en sélectionnant une ville et ensuite les masters 2 de votre choix. Vous pouvez aussi effectuer des recherches en texte libre, celles ci se font sur le titre du master et la spécialité que nous avons indexée.

Liste des M2 sur le site du CliSP

Les publications

L'interne en santé publique sera associé à plusieurs publications au cours de sa formation (contrairement à la majorité de ses collègues en clinique), car elles constituent l'outil de communication principal dans plusieurs domaines de la santé publique (au même titre que les compte-rendus médicaux peuvent l'être pour les cliniciens). Elles peuvent prendre différentes formes : rapports, articles, recommandations...

La forme la plus connue est l'article scientifique. Il sert d'outil de communication des résultats à l'ensemble de la communauté scientifique, afin de faire progresser les connaissances médicales. Dans le cadre d'une orientation hospitalo-universitaire, il est nécessaire de pouvoir justifier d'un nombre suffisant de publications dans de bonnes revues et sur une même thématique. Celles-ci témoignent de l'expertise du candidat dans le domaine et de son investissement dans la recherche.


La thèse

La thèse peut correspondre à deux diplômes différents :

  • La thèse d'exercice, nécessaire pour l'obtention du titre de docteur en médecine. En théorie elle peut être soutenue de la validation du 3e semestre, jusqu'à 3 ans après la fin de l'internat. En pratique elle est soutenue sur les derniers semestres de l'internat (7e ou 8e). Comme pour les autres spécialités, elle demande de 3 mois à 1 an de travail. La quantité de travail est souvent le reflet du désir de publication. Le sujet est généralement issu d'un compromis entre l'orientation de l'interne et le travail que les responsables sont près à encadrer. Le sujet d'un master 2 peut être réutilisés dans le cadre d'une thèse d'exercice.


  • La thèse de science, nécessaire pour la poursuite d'une carrière universitaire, recommandée pour la carrière de chercheur en agence / industrie. Elle demande au minimum 3 ans de travail, souvent effectués sur un poste d'AHU (Assistant Hospitalo-Universitaire), ou de CCA (Chef de Clinique Assistant), ponctuées par plusieurs publications dans des revues scientifiques. Elle détermine grandement l'orientation générale du candidat et les thématiques qu'il abordera au cours de sa carrière.


QualitE de vie :

Pendant la formation

L'Interne de Santé Publique est un interne heureux.

Il ne porte pas de blouse en allant en stage, ni à l'internat.

On ne comprend rien de ce qu'il fait. 

(si quelqu'un vous demande, pensez à l'envoyer voir la vidéo de promotion)

Ses horaires sont la plupart du temps des horaires de bureau, avec les weekends disponibles. Evidemment, il y a de quoi occuper ses weekends et soirées avec réalisation d'articles, publications, projets professionnels. Il ne s'agit pas de "glandouiller" mais de profiter pleinement de toutes les possibilités offertes par cette spécialité. Le rythme est imposé par les dates de remise de travaux et de mise en place d'actions.

Ensuite

Ces graphiques issus d'une enquête réalisée auprès d'anciens internes de Santé publique en 2012 devraient suffire à vous convaincre.


Lien vers l'enquête complète

Lien vers une thèse sur l'offre de formation et les stages des ISP en France


C'est décidé, je choisis Santé Publique!

Tu as tout compris !
Voici un guide des villes qui te sera utile pour choisir ton futur lieu de formation !
Bienvenue à toi !
Si tu as des questions, n'hésite pas à nous contacter à contact@clisp.fr

Tout droits réservés. Pictogramme par freepik.com